Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/08/2016

Demande suite à prescription de méthylphénidate.

Chers lecteurs, nous vous prions de trouver ci-dessous un écrit d'un parent que nous allons aider à installer un traitement complémentaire au méthylphénidate. Bien à vous Marie Association Remedya 

"Bonjour,

Vers 4 ans plainte répétitive de son institutrice, difficulté de se concentrer sauf sur ce qui l'intéresse .
Du fait de son manque de maturité et de ses difficultés à rester en place, nous lui avons fait recommencer sa grande section de maternelle.
L'année de CP  suite aux très très nombreuse plaintes de l'institutrice, nous avons décidé de passer après entretien et tests au méthylphénidate.
Autant le dire, je l'ai très mal vécu, me demandant ou j'avais raté son éducation, ça a été un très grand échec pour moi. J'ai enfin compris qu'en fait et depuis sa médication, je n'étais pas responsable.
Maintenant il a un contact social, qu'il est content d'avoir des copains et de se sentir intégrer auprès des autres.

En mathématiques, il a compris très facilement le principe . 
En lecture, c'est par contre très très laborieux malgré ces efforts et pourtant.... il me dit:- je fais des efforts maman.... 
Un enfant hyperactif c'est beaucoup de patience, profiter de ces moments de complicité et d'amour. Une très grande complicité avec le personnel enseignant. Savoir que demain sera peut être une mauvaise journée mais surtout ne jamais au grand jamais culpabiliser.
Je répète les choses calmement, si il le faut je re-répète, la troisième fois je le prends près de moi et je lui dis de regarder mes yeux ( attirer son attention) et sans trop de phrase, je lui explique la consigne.

Je viens de lire votre blog et je souhaiterai savoir si vous pouvez nous aidez et comment puisqu'il prend du méthylphénidate . Nous habitons près de Clermont Ferrand.

Je vous remercie

Tristane M-R

 

24/09/2015

Autre effet indésirable du méthylphénidate

 Je reçois ce soir l'écrit d'un maman(en italique).

"Mon fils est sous méthylphénidate qu'il mettait dans son chocolat. Un jour sa petite soeur de 18 mois s'est retrouvée aux urgences suites à des convulsions et signes horribles de tête et membres qui partent en arrière. Les médecins ont dit, après étude et questionnement : "ne cherchez pas, ça vient de là" lorsque la maman leur a parlé du traitement de son fils.

Comment elle a pu avoir accès au médicament , je n'en sais rien, mais cela montre le danger de laisser le méthylphénidate à disposition d'un enfant et non dans un lieu en sécurité. Ma petite s'en est sortie, mais de justesse car son coeur en a pris aussi un coup....  "

Les commentaires sont ouverts Il suffit de cliquer sur ce mot ci-dessous 

21/09/2015

TDAH: une pilule qui passe mal

Article par Alexandre Vigneault La Presse 

Publié le 21 septembre 2015 à 07h46 | Mis à jour à 07h46

"Après L'envers de la pilule et Tous fous ?, Jean-Claude St-Onge continue à critiquer vertement l'industrie pharmaceutique et le recours rapide aux médicaments. Son quatrième essai s'attaque à un sujet délicat : le diagnostic du trouble du déficit de l'attention et la médication des enfants.

Pourquoi écrire sur le TDAH ?

Parce que les diagnostics de TDAH ont explosé. Au Québec, les prescriptions de psychostimulants ont été multipliées par quatre au cours de la dernière décennie ......Les critères diagnostiques n'ont aucune validité. Je ne suis pas le seul à le dire ....Les symptômes du TDAH, c'est quoi ? Des comportements qu'ont les enfants : ils ne prêtent pas attention aux détails, ils sont souvent inattentifs durant les jeux ou le travail, ils n'écoutent pas... Il y a neuf critères comme ça. Si vous en avez six, vous êtes TDAH. Pourquoi six et non pas huit comme c'était le cas jusqu'en 1994 ? Pire encore, les critères sont redondants ....

....Qu'avez-vous à dire aux parents dont l'enfant a eu un diagnostic après un processus qu'ils jugent sérieux, qui ont choisi la médication et qui constatent une différence ?

Oui, effectivement, à court terme, ça fait une différence. C'est vrai qu'ils peuvent être plus attentifs, mais Parmi les études indépendantes à long terme - j'en cite quatre dans le livre -, il n'y en a pas une qui montre que c'est efficace à long terme. [...] Après trois ans, les enfants qui n'étaient pas médicamentés ne se portaient pas plus mal que ceux qui continuaient à être médicamentés, au contraire : ils n'avaient pas de moins bonnes notes, ils n'avaient pas plus de problèmes de comportement.

Lire l'article en entier en cliquant ici : tdah-une-pilule-qui-passe-mal

Retrouvez notre association sur remedya.fr

Acheter le livre à paraître en novembre 2015 (5% sont reversés à notre association) 

07/01/2014

RITALINE: Risque rare mais grave de priapisme, alerte la FDA

Une mise en garde sur le risque de priapisme ou érection anormalement longue et douloureuse vient d’être publiée par l’Agence américaine du médicament, en association avec l’utilisation de médicaments à base de méthylphénidate, comme la ritaline, dont l’usage hors AMM est par ailleurs en augmentation. Des cas de priapismes qui restent extrêmement rares mais qui dans 2 cas sur 15 cas recensés aux Etats-Unis, ont nécessité une intervention chirurgicale au niveau du pénis.

Source : fda.gov/DrugSafety (en anglais)

Lire l'info en français : ritaline-risque-rare-derection-longue-et-douloureuse

08/06/2013

Revue de presse juin 2013

J'avoue qu'à l'heure d'internet "pour tous" avoir du mal à comprendre que des parents donnent aussi facilement du méthylphénidate. D'autant que les effets secondaires très lourds ne sont pas décrits que sur la toile mais aussi sur la notice d'accompagnement. Nous avons par exemple des jeunes adhérents à notre association qui sont devenus dépendants. Les parents dans ce cas là sont plus que démunis, ils sont délaissés par les médecins prescripteurs. Notre blog permet aux parents d'envisager une voie plus "soft" (je ne dirai pas naturelle car la micronutrition a aussi des composés allopathiques).

La ritaline®, c'est comme la nicotine !!!! 

En tapant le mot ritaline sur un moteur de recherche, voici des exemples non exhaustifs d'articles alarmants que l'on trouve sur ce sujet.

Source pourquoi-docteur.nouvelobs.com › Question d'actu‎ par avec | Publié le 31 Mai 2013 Citer " Les ventes de ce médicament prescrit aux enfants souffrant d'hyperactivité ont bondi de 70% en 5 ans  ...Lire en entier :  Faut-il s'inquiéter de l'augmentation des ventes de Ritaline® ...

  • Source    www.elle.fr › Societe › News‎ 
    Par Norine Raja - Le 29/05/2013
     
    ""....Autre constatation : sur la même période, l’âge médian des consommateurs de ces médicaments est passé de 15 ans à 13 ans. Aussi surnommé la « Kiddy Coke  (la drogue des enfants), ce médicament est classé parmi les stupéfiants.""Lire en entier : Hyperactivité: l'explosion des ventes de Ritaline® inquiète - societe ...
  •  

    Source  www.viva.presse.fr/ritaline-les-prescriptions-ont-augmente-de-55-en-cin...
     
    Par Clémentine Ronseaux Date 29 mai 2013 – "Pourtant, malgré ces incertitudes, le laboratoire de recherche Celtipharm a fait le constat que le nombre de boîtes vendues en France s'est accru d'environ 70 % en cinq ans. Plus de la moitié ont été vendues sous la marque Ritaline® (55 %), devant Concerta (24,5 %) et Quasym (20,1 %). Le nombre de patients traités a augmenté encore plus fortement au cours de la même période : +83 % et même +114 % chez les moins de 20 ans. Lire en entier Ritaline® : les prescriptions ont augmenté de 55% en cinq ans | Viva ...
  • Source  www.marieclaire.fr › Bien-être › Actualités santé‎ Par marieclaire.fr / News Publié le 30 mai 2013 |
  • Citer " Surnommée "la cocaïne des enfants", la Ritaline® a connu une progression de ses ventes de 70 % en cinq ans ........ L’Ordre national des Pharmaciens indique que la prescription de ce médicament est initialement « réservée à certains médecins spécialistes exerçant dans les centres du sommeil, en neurologie, en pédiatrie et en psychiatrie. » Pire, la Haute autorité de santé (HAS) recommande de n’utiliser la Ritaline® qu’en « seconde intention » et insiste sur le fait que« des incertitudes demeurent sur les effets à moyen et long terme.»  .... les experts de la HAS évoquent un « risque d’usage détourné, de mésusage ou d’abus », notamment dû au risque de dépendance. " Lire en entier: La ritaline®, une drogue en vente libre pour les enfants ? - Marie Claire