Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/06/2013

Revue de presse juin 2013

J'avoue qu'à l'heure d'internet "pour tous" avoir du mal à comprendre que des parents donnent aussi facilement du méthylphénidate. D'autant que les effets secondaires très lourds ne sont pas décrits que sur la toile mais aussi sur la notice d'accompagnement. Nous avons par exemple des jeunes adhérents à notre association qui sont devenus dépendants. Les parents dans ce cas là sont plus que démunis, ils sont délaissés par les médecins prescripteurs. Notre blog permet aux parents d'envisager une voie plus "soft" (je ne dirai pas naturelle car la micronutrition a aussi des composés allopathiques).

La ritaline®, c'est comme la nicotine !!!! 

En tapant le mot ritaline sur un moteur de recherche, voici des exemples non exhaustifs d'articles alarmants que l'on trouve sur ce sujet.

Source pourquoi-docteur.nouvelobs.com › Question d'actu‎ par avec | Publié le 31 Mai 2013 Citer " Les ventes de ce médicament prescrit aux enfants souffrant d'hyperactivité ont bondi de 70% en 5 ans  ...Lire en entier :  Faut-il s'inquiéter de l'augmentation des ventes de Ritaline® ...

  • Source    www.elle.fr › Societe › News‎ 
    Par Norine Raja - Le 29/05/2013
     
    ""....Autre constatation : sur la même période, l’âge médian des consommateurs de ces médicaments est passé de 15 ans à 13 ans. Aussi surnommé la « Kiddy Coke  (la drogue des enfants), ce médicament est classé parmi les stupéfiants.""Lire en entier : Hyperactivité: l'explosion des ventes de Ritaline® inquiète - societe ...
  •  

    Source  www.viva.presse.fr/ritaline-les-prescriptions-ont-augmente-de-55-en-cin...
     
    Par Clémentine Ronseaux Date 29 mai 2013 – "Pourtant, malgré ces incertitudes, le laboratoire de recherche Celtipharm a fait le constat que le nombre de boîtes vendues en France s'est accru d'environ 70 % en cinq ans. Plus de la moitié ont été vendues sous la marque Ritaline® (55 %), devant Concerta (24,5 %) et Quasym (20,1 %). Le nombre de patients traités a augmenté encore plus fortement au cours de la même période : +83 % et même +114 % chez les moins de 20 ans. Lire en entier Ritaline® : les prescriptions ont augmenté de 55% en cinq ans | Viva ...
  • Source  www.marieclaire.fr › Bien-être › Actualités santé‎ Par marieclaire.fr / News Publié le 30 mai 2013 |
  • Citer " Surnommée "la cocaïne des enfants", la Ritaline® a connu une progression de ses ventes de 70 % en cinq ans ........ L’Ordre national des Pharmaciens indique que la prescription de ce médicament est initialement « réservée à certains médecins spécialistes exerçant dans les centres du sommeil, en neurologie, en pédiatrie et en psychiatrie. » Pire, la Haute autorité de santé (HAS) recommande de n’utiliser la Ritaline® qu’en « seconde intention » et insiste sur le fait que« des incertitudes demeurent sur les effets à moyen et long terme.»  .... les experts de la HAS évoquent un « risque d’usage détourné, de mésusage ou d’abus », notamment dû au risque de dépendance. " Lire en entier: La ritaline®, une drogue en vente libre pour les enfants ? - Marie Claire

20/03/2013

Un triangle noir pour les médicaments sous surveillance

source que choisir Anne-Sophie Stamane 17 mars 2013 triangle-noir-medicaments.jpg

Citer "" Une décision de la Commission européenne impose, à compter de septembre 2013, un triangle inversé noir sur les notices des médicaments faisant l’objet d’une surveillance particulière. Un texte incitant les patients à signaler les effets indésirables complète le dispositif....

...Les médicaments concernés sont ceux contenant un principe actif nouveau, ainsi que les vaccins et produits dérivés du plasma, autorisés après le 1er janvier 2011. Certains produits plus anciens pour lesquels les autorités estiment nécessaire de maintenir une vigilance accrue seront également marqués du symbole.

....Mais, « plus que le symbole, c’est la phrase qui l’accompagne qui est importante, souligne Ilaria Passarani, responsable de la santé pour le Beuc. Elle ne se contente pas d’expliquer le symbole, elle encourage les patients à signaler directement aux autorités compétentes les effets indésirables. »

En France, il est possible de déclarer un effet indésirable en remplissant le formulaire mis à disposition sur le site de l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) à l’adresse suivante : ansm.sante.fr/Comment-signaler-ou-declarer/Effet-indesira.... Il faut, après l’avoir rempli, l’adresser par courriel ou par courrier postal au centre régional de pharmacovigilance le plus proche.

Pour les départements 11,30,34,48,66 l'adresse postale est Centre Régional de Pharmacovigilance et d'information

sur les médicaments Hôpital Lapeyronie  

371 avenue du Doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5

ou par mail en suivant le lien centres-pharmacovigilance/montpellier 11,30,34,48,66

Lire l'article en entier quechoisir/pharmacovigilance-un-triangle-noir-pour-les-medicaments-sous-surveillance

06/01/2013

Tuerie à l’école : la piste pharmaceutique

Si la fusillade de Newtown a relancé le débat sur les armes à feu, elle a aussi soulevé le problème des antipsychotiques. Nous apprenons ce jour que le meurtrier, Adam Lanza, était sous Fanapt, un médicament controversé aux effets secondaires particulièrement lourds : agressivité, paranoïa, délire ou encore crises de panique. Ainsi voici un article de contrepoints Date 29/12/2012 Par J. Sedra.

Et si les médicaments anti-psychotiques étaient responsables de l'apparition de ces tueries à l'école depuis 1971, dans plusieurs pays du monde ?

""À part quelques occurrences étalées entre 1913 et 1966, tous les massacres scolaires du monde ont eu lieu à partir de 1971. Pourtant, les Américains n’ont pas attendu ces années-là pour s’armer… ni d’ailleurs les Allemands, les Suédois ou les Chinois.

Pourquoi un début aussi net dans le temps ? Pourquoi une récurrence dans certains pays (USA, Canada, Thaïlande, Allemage, Suède, Finlande…) et pas des autres ?

À ces questions, le docteur Gary Kohls pourrait avoir la réponse : ce psychiatre et chercheur à la retraite a étudié les effets néfastes des médicaments anti-psychotiques, et plus particulièrement les conséquences méconnues de les prescrire à des enfants et adolescents. Confusion, hallucinations, épisodes maniaques, hostilité, menaces et violences, comportement paranoïde, psychoses, impulsivité et fébrilité poussant au suicide, agitation, amnésie et détérioration du jugement… la liste est effrayante.

Mais il y a aussi une autre liste compilée par ce psychiatre, qui est encore plus effrayante : à lire là tuerie-a-lecole-la-piste-pharmaceutique

24/11/2012

Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des professeurs Even et Debré

Description de l'ouvrage

13 septembre 2012 Documents
Après les affaires de l’hormone de croissance, du Vioxx, de l’Isoméride du Mediator, et de plusieurs médicaments retirés du marché en quelques mois, une véritable, mais salutaire inquiétude s’est manifestée dans la population concernant l’utilité et les risques des traitements. La publication soudaine de listes de médicaments “sous surveillance renforcée”, dont beaucoup, inutiles ou dangereux, devraient avoir disparu depuis longtemps, souligne la timidité ou l'incompétence des pouvoirs publics et a fait monter d’un cran l’anxiété des patients. Les professeurs Even et Debré ont donc décidé de passer en revue les 4.000 médicaments sur le marché et d’identifier ceux qui sont efficaces, ceux qui le sont moins, ceux qui ne le sont pas du tout et, parallèlement, d’analyser leur degré de toxicité éventuelle intrinsèque et celle qui pourrait résulter des interactions entre eux, de l’âge des malades et des pathologies associées et préciser quel pays les a découverts, leur prix et leur coût pour la Sécurité Sociale. Ce guide, écrit pour les malades et parfois les médecins généralistes, ne peut évidemment répondre dans le détail à toutes les questions, mais il peut alerter, aider et, en cas de doute, conduire à consulter son médecin. Il devrait aussi aider les politiques à revoir et contrôler réellement le monde délirant des médicaments, ses milliers de médicaments inutiles, ses centaines dangereux.
 
Ritaline et concerta font partie des 58 médicaments dangereux cités !

20/09/2012

Médicaments : les patients peuvent déclarer eux-mêmes les effets indésirables

Les patients peuvent désormais déclarer eux-mêmes les effets indésirables liés à leurs médicaments. Selon les autorités de santé, « l’objectif est d’élargir la base de recueil et de détecter des signaux complémentaires de ceux rapportés par les professionnels de santé, avec la volonté de faire participer tous les acteurs du dispositif et de lui donner une transparence accrue ».

Source afssaps.fr/Comment-signaler-ou-declarer/Effet-indesirable...

déclaration par les patients et associations de patients

 Les patients ou leur représentant (dans le cas d’un enfant, les parents par exemple), les associations agréées que pourrait solliciter le patient peuvent déclarer :

  • Les effets indésirables que le patient ou son entourage suspecte d’être liés à l’utilisation d’un ou plusieurs médicaments, y compris lors de la grossesse ou de l’allaitement,
  • Les mésusages, abus ou erreurs médicamenteuses  (avérés ou  potentiels).

Comment déclarer?

Le plus tôt possible, après la survenue  du ou des effets indésirables, à l'aide du Guide d'utilisation (15/06/2011) application/pdf (73 ko).

Compléter 

 Transmettre  directement

Au centre régional de pharmacovigilance  (CRPV) dont le patient dépend géographiquement Les  coordonnées sont également indiquées au dos du formulaire.
Envoyer un double à l'association de parent "Remedya"
  • ou contactatenfantfacile.fr(modifier at par l'@)