Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/09/2015

La dyslexie n'est pas une fatalité , voici le témoignage d'une jeune gardoise

Bonjour,

Notre association a souvent orienté des jeunes vers des orthoptistes spécialisé(e)s en neurovision. Mais aucun ne nous a fait un écrit. J'en reçois un ce jour venant d'une adhérente de l'association Apédys Gard. Je vous le fais partager.

Merci Aurélie ! 

 ********

Bonsoir, je me prénomme Aurèlie aujourd'hui âgée de 22 ans, Je vais au travers de ces quelques lignes vous raconter mon parcours scolaire qui permettra je l'espère à encourager tous ces enfants qui se trouvent aujourd'hui confrontés à ces " DYS" et qui démarrent une nouvelle année scolaire.

Enfant modèle et très studieuse , jamais personne s'était posé la question de savoir pourquoi je devais passer des heures et des heures à reprendre mes cours le soir en arrivant à la maison , apprendre mes leçons jusqu'à très tard dans la nuit alors que mes camarades étaient déjà dans les bras de Morphée . Pour mes parents, j'étais l'élève modèle....

J'ai toujours su que pour moi les études seraient une étape très difficile. Durant toute ma scolarité j'ai travaillé dur parfois même très dur et malheureusement, les résultats n'étaient pas toujours au rendez vous. Ma force je l'ai puisé dans la persévérance et la haine de voir tous mes camarades réussirent alors que moi c'était souvent en larme que mes parents me récupéraient à la sortie de l'école. Quel était ce mal qui m'empêchait de réussir dans mes études ?

Ma délivrance, je la dois à mon frère qui est plus jeune que moi de 5 ans est rentré un soir à la maison avec un mot de son prof principal qui disait la chose suivante :" Il serait bien que votre fils soit vu par un spécialiste car il semblerait qu'il soit dyslexique....."

Je ne vous cache pas que pour mes parents cela fut une terrible épreuve. Mon père a passé une bonne partie de la nuit à chercher sur internet la signification de ce mot qu'il connaissait mais ne savait pas interpréter. C'est par hasard qu'il est tombé sur le site de l'association APEDYS GARD. Mes parents ont aussitôt pris contact avec sa présidente Mme EL CHAMI et grâce à tous ses précieux conseils, une prise en charge a été mise en place et a permis de corriger sa dyslexie et en particulier son problème neurovisuel . A cette époque j'avais 17 ans, j'étais en première, je n'étais pas dans les premières de la classe mais pas non plus dans le peloton de queue, mais pourtant quel travail je fournissais pour maintenir la tête hors de l’eau…

Ma résurrection, je la dois à cette orthoptiste qui suivait mon frère et qui un jour lors d'une séance où j'accompagnais mon frère, a eu la bonne idée de me faire passer un test neurovisuel. Le verdict fut terrible à entendre, ma situation était pire que celle de mon frère: "rééducation neurovisuelle à mettre en place et dyslexique à corriger"

Pour la première fois de ma vie je devais subir une double peine car trop bonne élève pour pouvoir bénéficier de séances d’orthophonies avec aménagement scolaire et trop peu de temps pour suivre des séances chez une orthoptiste car j'étais déjà en première . Je ne pouvais pas en rester là, j'ai donc décidé de relever le défi et en accord avec l'orthoptiste où allait mon frère. J'ai réalisé en un peu plus d'un an la rééducation qui aurait du durer plusieurs années. Grace à cette rééducation j'ai pu enfin retrouver gout aux études car enfin je prenais du plaisir à étudier. Les choses devenaient beaucoup plus simples. Enfin je comprenais du premier coup ce qui normalement pour moi aurait du être revu pendant des heures à la maison. J’allais peut être réalisé mon rêve, devenir vétérinaire.

Finalement les choses ont un peu changé, après mon BAC scientifique que j’ai obtenu, j'ai préféré me diriger vers le monde agricole en passant un BTS de production animale que j’ai obtenu à Marvejols en Lozère. J'ai pris beaucoup de plaisir durant ces deux années post BAC. La rééducation neurovisuelle qui a été mise en place m’a permis de corriger ce mal qui me pénalisait tant depuis ma plus tendre enfance. Aujourd’hui, avec mon compagnon nous sommes installés en Lozère comme exploitants agricole où nous élevons un cheptel bovin de race "AUBRAC" que l'on destine à la vente directe que nous livrons sur Alès, Nîmes et Manduel.

Voici l'adresse de notre site Internet pour ceux qui voudraient venir visiter notre ferme :  http://gaecdulouveteau.pagesperso-orange.fr/

Je dis à tous ces enfants, ne vous découragez pas, si le hasard vous a permis comme moi de rencontrer l'association que préside Mme EL CHAMI, vous êtes sur la bonne voie pour réussir. Le chemin sera parfois long mais à force de persévérance on y arrive toujours croyez moi.

Encore un grand merci à Mme EL CHAMI qui par son dévouement et son énergie à permis à mon frère et moi même de comprendre que la dyslexie n'est pas une fatalité mais une force.

 

Aurèlie CLEMENT

------

Bonsoir

C'est avec plaisir que je vous autorise à partager mon témoignage qui je l'espère permettra à tous ces jeunes en difficulté de comprendre qu'ils ne sont pas seuls , j'aimerai bien que le message reste tel quel afin que les gens puisse voir concrètement ce que j'ai été capable de réaliser car je ne vous cache pas que j'en suis très fier .Merci donc de laisser le lien qui est sur le message http://gaecdulouveteau.pagesperso-orange.fr/

Bonne soirée

Aurèlie