Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/04/2010

Dyslexie, Dyscalculie, Dysorthographie, Troubles de la mémoire : Préventions et remèdes

Élisabeth Nuyts, auteur d'une méthode de rééducation - ou d'éducation - publié à compte d'auteur : Dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, troubles de la mémoire, préventions et remèdes. «L'enseignement actuel, explique-t-elle, a voulu privilégier la rapidité et s'appuie donc sur le cerveau intuitif, le cerveau droit, qui fonctionne par reconnaissance, grâce à la mémoire visuelle, au lieu de s'appuyer sur le cerveau conscient, le cerveau gauche, qui fonctionne par lien logique.» Une méthode qui privilégie la reconnaissance de la forme immédiate du mot, au détriment du rapport son/sens à l'œuvre dans le déchiffrage «phonographique», incite les enfants à deviner les mots. Si la mémoire visuelle est insuffisante, si l'enfant est plutôt auditif ou kinesthésique, il ne fera pas la différence entre «et» et «est», «on» et «ont», fautes que l'on retrouve plus tard et qui interdisent tout accès au sens. Orthographe et grammaire se rejoignent là. «Pire, dénonce Élisabeth Nuyts, on sollicite en permanence l'intuition au détriment de la logique. Face à une phrase telle que “Le soleil va se coucher”, l'enseignement actuel privilégie des questions du type “Que va faire le soleil ?” et non plus “À quel moment de la journée sommes-nous ?”, qui nécessite un raisonnement de la part de l'enfant et non la simple description.» Le mauvais fonctionnement du cerveau gauche qui caractérise les dyslexiques disparaît après une rééducation phonographique remettant en ordre les processus d'apprentissage. Mais la médicalisation de l'échec scolaire a le mérite de déculpabiliser tout le monde.

 

Les commentaires sont fermés.